Emeutes en banlieues: quand les RG sont plus lucides que Finkielkraut

Publié le par laurent


Si pour Finkielkraut, les émeutes en banlieues sont d'origine ethnico-religieuses (voir des extraits de son discours ) et surtout pas sociale (mais c'est vrai que de toute façon la misère n'existe pas... cf les propos de Balkani), le rapport des RG met justement en avant la condition sociale.
On ne sait plus qui a mis sa culotte à l'envers!!! Le philosophe "de gauche"  vomissant un discours haineux et caricatural, ou bien les renseignements généraux inspirés par victor Hugo ( voir son discours sur la misère dans un post précédent).....







LEMONDE.FR  Mis à jour le 07.12.05 | 11h32

Selon les RG, les émeutes en banlieue n'étaient pas le fait de bandes organisées



Une "condition sociale d'exclus de la société française pour les émeutiers", telle serait la raison des violences urbaines des dernières semaines. C'est en tout cas l'analyse qu'en fait la direction centrale des renseignements généraux (DCRG) dans un rapport confidentiel daté du 23 novembre dont le contenu du document a été révélé ce matin, mercredi 7 décembre, par Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Selon les renseignements généraux (RG), l'origine ethnique ou géographique des casseurs ne serait pas le principal ressort des auteurs des violences. La France aurait progressivement basculé de la "guérilla urbaine" , avec les premiers incidents liés à la mort des deux jeunes de Clichy-sous-Bois, à l'"insurrection urbaine" et à un "mouvement de révolte populaire".

UN MOUVEMENT NON ORGANISÉ

Contrairement aux déclarations de nombreux responsables politiques, les RG expliquent que le mouvement de révolte n'a été ni organisé ni manipulé par des groupes, qu'ils soient mafieux ou islamistes. Les RG affirment ainsi qu'aucune "solidarité n'a été observée entre les cités". La mouvance d'extrême gauche n'a pas vu "venir le coup et fulmine de ne pas avoir été à l'origine d'un tel mouvement", les islamistes n'ont eu "aucun rôle dans le déclenchement des violences et dans leur expansion". Au contraire, écrivent les policiers, ces derniers "avaient tout intérêt à un retour rapide au calme pour éviter les amalgames". Par contre, la DCRG constate que"toutes ces mouvances, y compris l'extrême droite, essaient désormais de récupérer et d'engranger les retombées de ces événements".

Le rapport explique que "les jeunes des quartiers sensibles se sentent pénalisés par leur pauvreté, la couleur de leur peau et leurs noms". Ils sont handicapés par "l'absence de perspectives dans la société française". Le rapport décrit ainsi l'énorme désespérance sociale des jeunes, ainsi "qu'une perte de confiance totale envers la République".

Ce rapport est très critique envers les différentes politiques de la ville. Il dénonce notamment un manque criant d'intégration: "La France s'est montrée plus préocuppée par la montée de l'islamisme radical et du terrorisme religieux, et a négligé le problème complexe des banlieues."

Publié dans Politique

Commenter cet article

francois 08/12/2005 00:56

j'espère vraiment qu'ils ne vont pas arriver à vendre leur discours franchement nauséabond sur l'islam...
mais je commence à ne plus arrivé à être optimiste...