Cet obscur objet du desir - Bunuel 1977

Publié le par laurent

Dernier opus de Bunuel en 1977. Adaptation du roman de Pierre Louys : "La femme et le pantin" (1998) (voir presentation rubrique lectures)

Dans le compartiment d’un train, Mathieu, veuf riche et bien mis, renverse un seau d’eau sur la tête d’une jeune femme avant de raconter ses mésaventures. Il est épris de Conchita, sa jeune femme de ménage, qui a pris la fuite devant ses avances. Il la reçoit en Suisse puis à Paris où elle le repousse de nouveau. Après avoir hébergé la jeune fille chez lui, Mathieu finit par la mettre à la porte lorsqu’il découvre qu’elle loge un ami guitariste qui n’est pourtant pas son amant. Mathieu revoit Conchita à Séville où elle danse devant des touristes japonais. Il l’installe dans ses meubles et découvre qu’elle se moque de lui lorsqu’elle s’offre au guitariste devant ses yeux...

Une réplique, de mémoire : -"Tu ne m'aimes donc que pour ce que je te refuse..."

La dialectique de l'amour et du désir encore en scène! (cf  Woody Allen)

Remarquable mise en scene de l'objet a lacanien...

Une particularité technique: deux actrices jouent le même personnage (un lien vers une explication). Ceci étant conforme au statut de l'objet qui n'est pas à confondre avec le sujet. L'objet est celui de Socrate dans le Banquet, un agalma, caché dans le sujet...

 

 

 

Publié dans Cinéma - pêle-mêle

Commenter cet article